Aravis trail...un sacré challenge

Publié le par Jean-Phi

Bon, je mets un peu de temps à écrire l'article relatif à cette course qui s'est déroulée il y a maintenant 2 semaines, mais comme le dit l'adage : "Vieux motard que jamais".

 

Le 25 juin à 07H00, c'est donc parti pour cette troisième édition de l'aravis trail à THONES, dans des conditions météo heureusement plus clémentes que l'an dernier. Malheureusement, niveau ours, c'est pas le beau temps : plusieurs blessés, plusieurs indisponibilités sur ce week-end, font que sur la totalité des 3 étapes, nous ne sommes que 2 : Carol, qui se lance pur la 1ère fois dans l'aventure, et moi, qui attaque ma 3ème participation à ce trail à étapes que j'aime tant.

Sont également là, uniquement pour la 1ère étape, John, qui teste sa cheville suite à sa grosse entorse d'il y a un bon mois, et Nico de chez la fourne, qui a pris goût à cette étape et y revient maintenant chaque année. Hervé quand à lui est inscrit, un peu contre sa volonté, par les organisateurs, en tant que sponsor, à la 2ème étape (il a la caisse, il revient du GR20), et Jean-Pierre nous rejoint pour la 3ème étape...ou Bill lui se trouve sur un point de contrôle peu après Sous-Dine.

 

Cette première étape, on le sait, est très dure physiquement : 38Kms en fait, et 3300mD+, et cette année pas d'échappatoire à cause du temps ou de la neige qui reste, il faut grimper en haut de la Tournette.  Mais c'est la 1ère et les jambes sont fraiches. Les bonnes résolutions d'avant course d'y aller tranquille sont un peu rangées au fond du camel et même sans se mettre dans le rouge, on doit quand même taper dedans. Tout se passe plutôt bien pour nos 4 ours qui en terminent plutôt dans de bonnes conditions. J'arrive en 6H02 (42ème) juste derrière les 2 premières filles, étonnant Nico qui décidemment a la pêche en 6H42, John en 6H54, un peu cette fois dans la difficulté (et bien content pour le coup de ne pas avoir à faire les 2 autres étapes !), et Carol en 7H23.        

Qulques heures (trop peu) de repos avant de repartir pour l'étape du soir : il est 20H00 quand les cloches de l'église sonnent le départ. 17Kms (et 900mD+) nerveux. Etonnament, j'ai de bonnes jambes sur le début, pas de raideur, et je file un bon train qui me mets dans les 20/25ème au scratch à l'issue du 1er tour...mais forcément, ça ne dure pas, la fatigue de la 1ère étape arrive vite dans le 2ème tour et me contraint à ralentir et trouver un tempo plus raisonnable. Je finirai finalement en 1H53, ce qui reste un bon temps pour moi dans ce 2ème volet de la belle trilogie de l'aravis trail (39ème scratch). Carol gère bien en 2H18 et Hervé se fait une belle course en 2H33.

6H30 après l'arrivée mais seulement 3H30 de sommeil plus tard, il faut remettre le couvert...et là c'est carrément dur...le jour n'est pas encore levé, il est 05H00, il faut repartir...et là, les cannes, je peux vous dire qu'on les sent et que la fatigue, elle est bien présente. C'est donc un montée un peu au ralenti que l'on attaque, du moins pour Carol et pour moi. Je ne sais pas alors où se trouve Jean-Pierre, c'est bizarre, en général il part un peu moins vite que moi mais là, j'ai beau aller doucement, je ne le vois pas revenir. Heureusement, une que je vois revenir sur moi, c'est Zofia, une Suissesse avec qui nous allons tailler la route durant près de 15 klomètres, en discutant tout du long. Je n'ai pas de jus, j'ai la tête vide, une envie véritablement modérée de continuer, c'est Zofia qui me rebooste et me fait continuer d'avancer...et ainsi jusqu'au ravito du 19ème Km. Là, je lui dit de continuer, pour moi je pense que c'est fini...tout au moins, il faut que je me fasse une grosse pause..et là encore, heureusement pour moi, se trouvent Pascal LILLAZ (qui fait l'étape en relai) et Gérard PERILLAT-COLLOMB (qui a du abandonner la veille). Ils sont aux petits soins pour moi, ils me retapent, et je repars donc au bout de 20 à 25 minutes. J'ai un nouvel objectif : aller jusqu'à Bill. Je vais retrouver mon pote, me poser avec lui, boire une bonne bière qu'il n'aura pas manqué de monter, il n'y a aucun doute là dessus, et ensemble nous encouragerons les concurrents que nous regarderont passer.  C'est un peu le calvaire d'arriver jusqu'à lui, mais de toute façon, je suis reparti du ravito, je suis dans la pampa, et puis il est là,  juste après sous-dine, c'est pas le bout du monde quand même...et puis y a la bière aussi qu'on va savourer ensemble, il fait déjà très chaud.

31ème Km, ça y est, je le vois, enfin. Je me pose, il me demande ce que je foutais, croyant que j'avais abandonné ou qu'il m'étais arrivé quelque chose ; Jean-Pierre est passé il y a une heure. Putain, mais c'est pour ça qu'il ne m'a pas rattrapé malgré mon allure d'escargot, c'est juste qu'il était devant tout le temps !

Bon, allez, petite pause casse-croûte et une bonne bière avec Bill, et on avisera de la suite après...ET LA, C'EST LE DRAME !!! Bill a bien acheté des bières mais au dernier moment, imaginant qu'il se retrouverai à en boire tout seul sans que nous n'en voulions, a décidé de ne pas les prendre. Erreur fatale ! Honnêtemnt, ça finit de me détruire le moral, je lui dit que du coup, j'abandonne, que je reste avec lui. Je prends mon temps pour un petit sandwich au jambon, puis au paté, je me réhydrate bien (en eau du coup !). Carol n'est toujours pas en vue, mais par contre au bout de 20 bonnes minutes que je suis posé avec Bill, arrive Steve RAMANICK. C'est un Antillais qui gagne tous les trails là-bas, un costaud qui a fait le voyage spécialement pour l'aravis trail. Je me suis un peu tiré la bourre avec lui sur les 2 précédentes étapes, et du coup me dit de l'accompagner pour la suite. Il est comme moi vraiment dans le dur, ça fait bien longtemps que nous ne pensons plus à la course mais juste à l'arrivée à rallier paisiblement, et puis on a besoin à ce moment là de se remotiver mutuellement. On repart donc ensemble en discutant, et peu à peu, la forme revient, le moral du coup aussi. On remonte un peu de monde ensemble jusqu'au dernier ravito vers le 40ème Km. Puis je repars seul, cette fois bien en cannes, et je double, je double. Sur les derniers Kms de course, je reviens sur la copine de Gérard et la motive un peu pour la fin. Je finis avec elle, en 10H43 (43ème), finalement seulement 20 minutes derrière Jean-Pierre (39ème)...et Zofia qui ont fait les 15 derniers kilomètres ensemble !!! Ca c'est fort !!!

Steve arrivera en fait 40 minutes après moi, et Carol en termine après avoir frisé avec la dernière barrière horaire, dans la douleur (3 persones seulement classées dans les temps derrière elle !), les pieds couverts d'ampoule, en 12H31 !!!

Beaucoup d'abandons sur cette dernière étape et sur la totalité des inscrits des 3 étapes puisque de 125 au départ de la totale, nous ne sommes que 65 classés (et 48 seulement dans les délais).

Je finis 20ème et 5ème V1 (18H39 de course cumulée), Carol 46ème et 6ème FV1 (22H12 d'effort). 

Et là, on peut boire la (les) bière (s) !!!

  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article